Si vous reconnaissez un texte, une photo qui vous appartient en propre,
amateur ou professionnel, contactez-moi pour me donner ou non
l'autorisation de continuer la publication de votre oeuvre sur ce site ...

 

Rue de la mairie Pouldreuzic

Rue de la Mairie en 1918

Rue de la Mairie Pouldreuzic

Rue de la Mairie

La Place Pouldreuzic

La Place

Pouldreuzic vue générale

Vue générale de Pouldreuzic

Pouldreuzic Route de Pont-Croix

Pouldreuzic - Route de Pont-Croix

Pouldreuzic

Pouldreuzic

Pouldreuzic

Pouldreuzic

Pouldreuzic

Pouldreuzic

Pouldreuzic

 

 Numériser0005

Le calvaire - Route de Pont-Croix

 Calvaire Pouldreuzic

Vue extérieure de l'ecole libre Pouldreuzic

Vue extérieure de l'Ecole libre - Pouldreuzic

Pensionnat Notre Dame de Penhors

 Pensionnat Notre Dame de Penhors

Vue intérieure de l'ecole libre Pouldreuzic

Vue intérieure de l'Ecole libre 

Ecole ND de penhors 1954

Ecole ND de Penhors en 1954

045_001

Vue aérienne Pouldreuzic

 Vue aérienne de Pouldreuzic

Bourg de Pouldreuzic

Bourg de Pouldreuzic 

Bigoudène se rendant à Pouldreuzic (Rte Audierne-Pt'L'Abbé

 Bigoudène se rendant à Pouldreuzic (route d'Audierne-Pont-L'Abbé 1960/1970)

 

Bigoudène Pouldreuzic

Bigoudène de Pouldreuzic

 

Oscar THOMAS Pouldreuzic.

Oscar THOMAS - Parution dans "La Liberté" du 17 avril 1964.

 

 IMG_7414

Vers 1950 (?), la fête des écoles était l'occasion pour les jeunes de porter le costume bigouden et de défiler au son de la bombarde et du biniou.

 

IMG_2214

 IMG_2215

 IMG_2216

 IMG_2218

IMG_2219

IMG_2220

IMG_2213

 101895551

Jean-Marie Hénaff (1897-1966) - Sonneur de biniou

 Certaines de ces photos ont été extraites du site "Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine du Finistère".

 http://www.sdap-finistere.culture.gouv.fr

 

penmarch-cormorans-d

Concours de sonneurs à Penmarc'h

 

f4dec942

 LE TRAIN CAROTTES

La gare Pouldreuzic

L'arrivée du train "carottes" en gare de Pouldreuzic, inaugurée en 1912.

 

http://patrimoine-plovan.blogspot.fr/2014/06/le-train-carottes-travers-treogat.com

 

Train carottes

                                                                    S le train carottes sifflait encore                                                                                                                                     

  Vous trouverez l'itinéraire de randonnée en cliquant ICI

 

 PENHORS


 

Un coin de village de Penhors

Un coin de village de Penhors

LAVOIR PENHORS

Grève Penhors

Grève de Penhors

Grève de Penhors - Le lavoir

La plage de Penhors 1960

La plage de Penhors (1960)

Mer Penhors

Dune de Penhors

Canot Penhors

Plage de Penhors

Vue aérienne de Penhors.

Penhors 1

FRAD029_21FI_00705

Vers 1910 (Penhors)

Penhors en 1979

Penhors en 1979

La côte à Penhors (1930-1940)

La côte à Penhors (1930-1940)

Port de Penhors

Mer à Penhors

Penhors

Four à goémon Penhors

Membre de l'Association du Patrimoine devant le four à goémon reconstruit en 1995.

 

Les goémoniers de Penhors

 

IMG_1965

 

Autrefois, Penhors avait ses goémoniers, et beaucoup se souviennent encore de voir des panaches de fumée s'élever dans le ciel, du côté de la mer.

Le brûlage se faisait toujours par beau temps.

Chaque ménage avait son four creusé dans la palue.

Le four à goémon est une tranchée peu profonde, à hauteur de genoux, large de 60 à 80 centimètres, long de 5 à 7 mètres, de section trapézoïdale.

Le fond est tapissé de grandes pierres plates, posées sur des galets afin de ménager une circulation d'air.

Les parois, également, sont revêtues de pierres appuyées sur des galets.

Les espaces existants entre les dalles sont jointoyés avec de l'argile, des séparations verticales sont ensuite pratiquées tous les 50 à 60 centimètres.

Aujourd'hui ces fours ont tous disparu, la plupart du temps emportés par la mer en même temps que la falaise.

Pour rappeler cette activité, les membres de l'association du patrimoine ont reconstruit un four à goémon suivant la technique traditionnelle.

Et il arrive que le goémon brûle à nouveau à Palud-Gourinet, après avoir été récolté et séché comme autrefois par les travailleurs de la mer.

 

Four à goémon Penhors Pouldreuzic

Four à goémon Penhors Pouldreuzic.

Autrefois, une douzaine de fours à goémon étaient répartis sur la côte à Penhors.

 

Autrefois, on se servait des fours à goémon ar bezhin (en breton), autre nom du varech, (bas breton givemon) pour récupérer la soude après brûlage des algues séchées.

Cette soude est un concentré de tous les sels que contiennent les algues.

Elle servait dans la fabrication du savon, du verre, etc...

Le goémon servait également à la fumure des terres.

Une tonne de goémon sec donne 66 kg de soude, puis 600 g d'iode pur.

Au début du XXème siècle, le brûlage des algues fut un apport financier non négligeable pour les familles de condition modeste du littoral breton.

Le milieu des années 50 marque le déclin des activités et l'arrêt de la seule usine locale d'Audierne.

La désertification de la campagne, du littoral vers la ville, la concurrence de l'iode chilien en sont les principales causes.

Le ramassage du goémon nécessite des outils spècifiques :

Le croc à goémon, ar rastell bezin ou ar bac'h aot.

Ar c'harbihan (petite charette) et arc'harabouz daou bennek, tenus par 2 porteurs, pour porter la goémon d'un endroit à un autre.

Ar pi ou pifour, pour malaxer la soude après le brûlage du goémon, etc.

 

bulletin_municipal_2011_857_Page_18

bulletin_municipal_2011_857_Page_19

 

 dcd05dae

La chapelle Notre Dame de Penhors

Chapelle de Penhors

Pardon Penhors

Chapelle Penhors

  Intérieur de la chapelle ND de Penhors (début du XXème siècle)

 

Autrefois la navigation se faisait en suivant la côte au plus près.

Faute d’instruments de navigation, les menhirs servaient de repères aux marins.

Au moment de la christianisation, ceux-ci ont été en partie remplacés par des chapelles, toujours construites sur des plateaux (dont la chapelle de Penhors).

Aujourd’hui, elles servent encore aux marins qui n’ont que des petits canots pour repérer les zones poissonneuses.

L’intérieur de la Chapelle date du XIIème/XIIIème siècle ; c’est la première chapelle dont le choeur et la nef sont de l’école de Pont-Croix. Tous les piliers sont décorés de motifs, tels que des fleurs de Lys, des étoiles... La chapelle fut agrandie au XVème siècle et des voûtes sont placées pour soutenir le clocher.

Le retable est du XVIIème siècle avec une surcharge de décoration. Deux anges du XVIIème siècle gardent la porte mais leur vraie place devait être sur un autel où ils tenaient un cierge ou un calice. La statue Notre Dame de Penhors, à gauche du maître autel, est du XVIIème siècle. L’enclos de la Chapelle est un mur en galets.

Carte postale Chapelle de Penhors

 

 

Numériser0007

Départ pour le pardon.

Pardon de Penhors 080962

Pardon de Penhors 08/09/1962

 Calvaire de Penhors 1950

Calvaire de Penhors en 1950

 Pardon de Penhors 3

 Pardon de Penhors 2

PARDON DE PENHORS

Pardon de Penhors

Ancien cantique de Penhors

 

Procession Pardon de Penhors

Vierge Penhors 1

Pardon de Penhors

 Le Pardon de Penhors

Statues Chapelle ND de Penhors

 

Chapelle Notre Dame de Penhors Pouldreuzic

 

 dcd05dae

L'EGLISE SAINT-FARON POULDREUZIC

 

Eglise de Pouldreuzic vers 1900

  Eglise de Pouldreuzic

L'église St-Faron Pouldreuzic (1950-1960)

100202832

Clocher Pouldreuzic

Eglise de Pouldreuzic 1923

L'Eglise de Pouldreuzic en 1929

 

De l’ancienne église, qui datait du début du XIVème siècle, il ne reste que deux piliers typiques de l’école dite « école de Pont-Croix ». Un troisième pilier est encastré dans le mur séparant les fonds baptismaux de la nef centrale.

Le clocher abattu par la foudre en 1703, endommagea gravement l’église, que l’on reconstruisit dans les années suivantes : la sacristie en 1713, la chambre des cloches en 1728 et la flèche en 1755.

Le patron de l’Eglise est Saint Faron, évêque de Meaux au VIIème siècle. Son contact avec la Bretagne s’établit avec l’hospitalité donné à Saint Fiacre qui a une fontaine au sud du Bourg avec la date 1627.

 

dcd05dae

 

Eglise de Lababan

 

Eglise de Lababan vers 1950

  Eglise de Lababan

 Numériser0013

Eglise de Lababan (1930-1940)

 

Lorsque la révolution française réalisa le découpage administratif et créa 38 000 communes à partir de 44 000 paroisses existantes, Lababan fut rattachée à Pouldreuzic (en 1827) mais conserva son statut de paroisse.

Le motif de cette fusion semble être d’ordre fiscal.

La petite église de Lababan fut agrandie en 1931 par les ruines de la chapelle du Loch à qui elle prit son clocher de 1616.

Celui-ci est décoré au deuxième étage de têtes et de gargouilles.

Le porche est du XVème siècle et la porte ouest du XVIème siècle.

L’autel de l’église date du XVIIème siècle. Saint Paban ou Pabu, en prêtre avec rabat et chape, est le patron de la paroisse.

La deuxième statue est une Vierge à l’Enfant : celui-ci tient un livre et sa mère une pomme de pin, emblème de la fécondité.

Cette Vierge à forte tête pourrait être du XVème siècle.

 

Église de Lababan Pouldreuzic

 

dcd05dae

 

La  Chapelle du Loc

 

Cette chapelle du Loc, appelée aussi Notre Dame des Grâces, était située près du village de Lesvily. Saint Guénolé en était le saint patron.

Elle mesurait 18,50 m de longueur, 7,90 m de largeur et avait une hauteur d’environ 4 m.

Le moulin de Kervec, aujourd’hui en Landudec, dépendait de cette chapelle, on l’appelait le moulin du Loc.

A la Révolution, le 8 thermidor an II (26 juillet 1795) elle fut décrétée bien national et vendue à Philibert Le Borgne de Lababan pour le prix de 1500 livres. Une foire, qui fut supprimée suite à quelques abus, mais qui eut jadis une certaine importance, se tenait au Loc, le dernier jour de mars.

Aujourd’hui, il n’en reste aucune trace, sinon dans d’autres monuments de la région, en particulier l’église de Lababan où certains de ses éléments ont été utilisés, tel l’écusson, porté par deux enfants , qui se trouve incrusté dans l’autel et qui a été martelé à la Révolution.

La pierre blasonnée provenant de cette chapelle est maintenant incluse dans le monument de l’abbé Riou situé sur le parking de l’église de Lababan.

Au début du siècle dernier, l’église menaçait de tomber en ruine.

L’intérieur, fort délabré, contenait un autel en pierre ainsi qu’un autel en bois du XVIIème siècle provenant de l’ancienne chapelle du Guilguiffin, quelques statues dont Saint Guénolé et Saint Bénhet, aujourd’hui disparues.

La toiture de cet édifice intéressant s’est effondrée en 1908. le dernier pardon y fut célébré en 1904.

 

IMG_2217

 gravure_chapelle_du_Loc_730

Photo ancienne Chapelle du Loc.


Saint Guénolé est le patron de cette chapelle isolée tout près du village de Lesbily (Lesvily).

Sa construction commencée avant la fin du XVème siècle, ne fût terminée qu’au siècle suivant (1533).


La porte principale qui s’ouvre à l’ouest est flanquée de colonnettes à pointes de diamants et surmontée d’un gable triangulaire qui  renferme un écusson en bannière rappelant l’alliance en 1480, de Jean II du Pont et de Marguerite de Rostrenen .

Cet écusson  se trouve aujourd’hui inclus dans l’autel en pierre de l’église de Lababan, face aux fidèles.

Il avait été martelé à la révolution.

Sur la façade méridionale, à droite et à gauche de la porte, sont deux écussons portant chacun une fasce et trois fleur de lys.

A celui de droite est accolé un autre écusson chargé de cinq fusées rangées en fasce.

D’après le procès verbal de prise de possession, de cette chapelle par les seigneurs de Logan, en 1636, (elle appartenait à cette date à Nicolas de Ploeuc, Seigneur de Quilliou, en Plogastel).

Les écussons cités plus haut seraient ceux de la famille des du Fou de Kerbeuzec et de Logan (l’un de ces blasons est aujourd’hui inséré dans le monument de l’Abbé Riou à Lababan).


Au sommet du pignon oriental, un écusson de forme ronde, offre le perron généalogique des Rosmadec avec les principales alliances de cette famille : Ty Varlen , Pont Croix, Moelien ( cet écusson se trouve aujourd’hui à l’église de Lababan, au dessus de la porte d’entrée côté hommes. Jean de Rosmadec, marié en 1505 à Jeanne , dame  de Moelien   mourut en 1515. C’est donc dans cette période que le pignon fut construit.

Cette chapelle (appelée aussi Notre Dame des Grâces) mesurait 18m50 de long, 7m90 de largeur et d’une hauteur d’environ 4m. Le moulin de Kervec aujourd’hui en Landudec dépendait de cette chapelle (on l’appelait le moulin du Loc).


A la révolution, le 8 thermidor An III (26 juillet 1795), elle fût vendue nationalement à Philibert le Borgne de Lababan pour le prix de 1500 livres.
Une foire qui fût supprimée, suite à quelques abus, mais qui eut jadis une certaine importance, se tenait au Loc le dernier jour de mars.

 Quelques dates :


1792- 1794 : Ministère clandestin de l’Abbé Riou (prêtre réfractaire)
1904 : Le dernier pardon fût célébré
1907 : Chute du toit
1938 : Démolition
En 1985, une délégation de Lababan était présente au 1500ème anniversaire de la fondation de l’Abbaye de Landévennec et portait à la procession la pierre blasonnée provenant de cette chapelle du Loc, incluse dans le monument de l’Abbé Riou.
2008 : Construction du monument commémoratif
Pierre Jakes Hélias mentionne cette chapelle dans son livre « La nuit singulière ».
La commune de Pouldreuzic, lors du remembrement, du temps de Corentin Hénaff réserva dans le champ où se trouvait cette chapelle, un petit terrain en bordure de la route pour l’érection d’une stèle rappelant cette chapelle.

L’association Patrimoine a matérialisé l’emplacement de cette chapelle en utilisant quelques pierres restantes de l’édifice.

 Vestiges de la Chapelle du Loc Pouldreuzic

2008 : Construction du monument commémoratif de la chapelle du Loc, réalisée par les membres de l'Association du Patrimoine de Pouldreuzic

   .

dcd05dae

 

Cercle celtique de Pouldreuzic

 

IMG_7413

 Cercle celtique de Pouldreuzic

 Numériser0009

Numériser0008

Cercle celtique

  Cercle Celtique de Pouldreuzic.

IMG_2223

Fêtes des "Mouettes d'Argent" - Penmarch 1950

Cercle Celtique de Pouldreuzic.

Numériser0004

Procession au petit pardon de Penhors le 15/07/1959

 

Mari hor mamm e hars ar mor

A zo evidomp eun tenzor

Burzudou a ra bep mare

Aman evit e bugale

(Cantique de Penhors)

 

 

Gavotte de Pouldreuzic mod Kozh

(Gavotte de Pouldreuzic ancienne mode)

 

Forme de la danse :

 

C'est une danse en couple et en cortège, forme ancienne de la gavotte dansée à Pouldreuzic et Plozévet au nord du pays bigouden.

Elle est peu enseignée car difficile à danser.

Le garçon  placé à gauche de sa cavalière soutient sa main gauche.

Les avants bras sont repliés vers le haut, il n'y a pas de mouvement de bras.

La main libre du garçon est à la taille, dans le dos ou au chupenn, celle de la fille tient sa robe.

Au cours de la danse les couples font des fioritures, progressent plus ou moins vite, le cortège se disloque, les couples occupent toute l'aire de danse.

Description du pas :

C'est une gavotte avec changement de pas en 3 et 4, le tempo est rapide, les danseurs progressent de face, en avant sur tous les temps. Ce changement de pas n'est pas régulier comme habituellement dans les gavottes, le temps "et" est plus proche du temps 4 que du temps 3. Il y a deux rebonds sur le pied gauche, (comme des claudications) sur le temps 1 et sur le temps 6.

Temps 1 : pas du pied gauche en avant

Temps et : sursaut sur le pied gauche

Temps 2 : pas du pied droit en avant

Temps 3 : pas du pied gauche en avant

Temps et : reprise d'appui du pied droit

Temps 4 : pas du pied gauche en avant

Temps 5 : pas du pied droit en avant

Temps 6 : pas du pied gauche en avant

Temps et : sursaut sur le pied gauche

Temps 7 : pas du pied droit en avant

Temps 8 : le pied droit garde l'appui, le pied gauche se rapproche sans se poser pour attaquer le temps 1 (il n'y a pas d'arrêt à marquer entre le temps 8 et le temps 1)

Description des ornementations :

Les couples peuvent à leur gré faire des fioritures, il s'agit d'un jeu entre le garçon et sa cavalière.

- le garçon peut se retourner vers sa cavalière et danser en arrière pendant un certain nombre de mesures avant de reprendre la progression normale, soit en reculant soit en amenant sa cavalière à faire un tour complet autour de lui (pour aider la rotation, il saisit l'avant bras gauche de celle-ci).

- le garçon peut amener sa cavalière devant lui et la faire danser en arrière pendant un certain nombre de mesures avant de la faire revenir à côté de lui et de reprendre la progression normale.

- le garçon peut faire tourner le couple de 180 degrés dans le sans de la montre et le faire progresser en arrière pendant un certain nombre de mesures avant de poursuivre la rotation pour reprendre la progression normale vers l'avant.

L'ornementation commence toujours sur un temps 1, la remise dans le sens normal se fait sur un temps 5.

Accompagnement musical :

Il se fait le plus souvent par le couple biniou/bombarde, il existe aussi quelques chants. Les sonneurs commencent par jouer un appel à la danse caractéristique, s'arrêtent, jouent ensuite une mélodie sur seize temps, s'arrêtent de nouveau puis démarrent la danse.

Source Vidéo :

La danse est présentée sur le DVD Apprendre les danses bretonnes édité par Kendalc'h

Finale Pouldreuzic

 

Les noms des coiffes

Les noms donnés aux coiffes et costumes sont souvent des surnoms 
donnés par moquerie par les voisins, puis adoptés et même revendiqués
et qui sont parfois devenus ensuite le nom du pays qui les portait.
Le pays bigouden = tient son nom du mot qui désignait la pointe
surmontant les anciennes coiffes.

Réalisées sur un support en mousseline ou en tulle à leur début,
les coiffes sont désormais en organdi.

La mitre a nécessité la mise au point d'une technique d'amidonnage
et de repassage.
Les gilets sont brodés avec les motifs de chaines de vie, soleil,
plumes de paon, cornes de béliers, arêtes de poisson.

Les femmes portent des broches et des épingles de pardon. Celle de Pouldreuzic est surnommée = pikè ( qu'elle est pointue!)
Au sein du pays bigouden, 
la région de Kérity Penmarc'h = porte la coiffe poch flask ( poche molle)
encore appelée poch dour ( poche d'eau ),
c'est une coiffe d'artisane faite en filet.


(http://www.yann-ar-dall.com)

 

Rose dentelle


 Nos bigoudènes

IMG_6497

Juin 1993, les Bigoudène de Pouldreuzic, ayant participé au rassemblement à Pont-L'Abbé.

Au 1er plan : Mmes Catherine L'Hénoret, Marie Jolivet, Joséphine Le Corre, Marie Gourret.

Au second plan : Mmes Bernardine Mazo, Marie-Anne Plouzennec, Marguerite Le Goff, Marie Caugant.

Rose dentelle

 


 Les métiers d'antan (à nos jours)

 

Ets Prigent Frères

Entreprise de machines agricoles

PRIGENT

PRIGENT1

 

Enveloppe Prigent

IMG_6513

Botteleuse

IMG_6514

 La super 56 R améliorée (arracheuse-ensacheuse)

  IMG_6515

 Planteuse de pommes de terre

IMG_6516

Les ouvriers des Ets Prigent vers 1951-1952

IMG_6533

Cerclage de roues à la forge chez Jean-Marie GUICHAOUA.

 IMG_6529

Mise en place du cercle.

 IMG_6530

Un des ouvriers arrose le pourtour de la roue.

 IMG_6531

Le bandage est ajusté au millimètre près.

A droite, une autre roue attend son tour pour le cerclage.

 IMG_6532

Le cercle chauffe sur le lit de braise.

IMG_6537

IMG_6534

IMG_6536

Travaux agricoles.

IMG_6535

Les techniques évoluent.

IMG_6539

Camion Le Goff, début des années 1940.

Unic ZU72 (1947)

historique2

galerie-1

http://www.transports-legoff.fr

 

IMG_6538

Car Le Coeur.

 http://www.lecoeur.fr

 

 

Le marché aux petits pois route de Penhors Pouldreuzic

Le Marché aux petits pois - Route de Penhors

 

IMG_6788

 

IMG_6776

 

 IMG_6790

 

IMG_6791

Publicité destinée aux clients bretonnants émigrés dans la région lyonnaise, lors de la foire de Lyon en 1954.

 

IMG_6775

L'usine peu après sa construction.

IMG_6780Jean Hénaff et son fameux cheval Craz.

IMG_6778Les paysans chargent les cosses de petits pois sur leurs charettes.

 

IMG_6782L'usine de Pouldreuzic, vers 1925.

 

IMG_6792Battage des petits pois en plein champ, au moyen d'une batteuse mobile, juste après leur récolte.

 

IMG_6786Casemates installées sur le terrain de l'usine de Pouldreuzic, et allemands montant la garde.

 

IMG_6787Contrôle d'identité, par une sentinelle allemande, des femmes et des chargements de cosses de pois à la sortie de l'usine.

 

IMG_2212

 

IMG_2209

 

IMG_2210

 

IMG_2211

 

 

Kermesse

 

Kermesse2

 

Sortie des ouvriers Hénaff

 

IMG_6789

   Des chassis de bus ont été transformés pour la société Henaff pour la cueillette des petits pois !

 

Batteuses à petits pois chez Hénaff

La production de légumes en conserve a été arrêtée en 1971.
Les machines étaient montées sur des chassis de cars réformées  Berliet ou Renault 215D.
Elles étaient montées par la société Frédéric Fouche à Angoulême.

 

Berliet a Pouldreuzic.wmv

 

USINE HENAFF

 

USINE HENAFF 1

      www.henaff.com

 

 

bobine_cinema

 BIGOUDEN CINEMA

BIGOUDEN CINEMA 2

Bigouden Cinéma (Jean-Marie Bosser)

bobine_cinema

 

IMG_6143

 

 Les moulins

 

 

 

102540179

102550030

 

 

Les moulins 1

 

Les moulins 2

 

Les moulins 3

Les moulins